Lire Plus

Du raisin à la grappe

  • 10/12/2018

Les facteurs de succès qui ont profondément transformé un groupe d’Intervision de coaches.

Comment 6 professionnelles sont devenues une équipe en osant remettre en question leur mode de fonctionnement

Comme Bruce Tuckman l’a bien décrit, tout groupe a un cycle de vie : la formation, la tension, la normalisation, la production et enfin soit la dissolution, soit la redéfinition. Notre groupe de coaches n’y échappe pas. Nous sommes six femmes, devenues coaches professionnelles, après une première carrière en entreprise.

Notre objectif en 2012 était de créer une plateforme d’entre-aide, de partage et de développement de nos pratiques respectives. Nous n’avions pas pour ambition de créer une structure, ni de réellement travailler ensemble.

La démarche requière une grande maturité : demander de l’aide, se montrer vulnérable face à des personnes ayant la même activité et la même cible de clientèle.

Au démarrage, nous avons discuté de nos attentes respectives et de notre modus operandi. Cela a fonctionné de manière satisfaisante pendant plusieurs années, chacune venant chercher ce dont elle avait besoin et contribuant au mieux en fonction de demandes. Cette manière de fonctionner, comme une somme d’individus est comparable à celle que nous rencontrons régulièrement lors de nos interventions en entreprise.

« Oser constater le dysfonctionnement »
Après 5 ans, nous avons été confrontées aux limites de notre mode de fonctionnement : annulations de dernière minute, moins d’engagement et de réactivité… Même si aucune n’a formellement pris la décision de quitter le groupe, plusieurs d’entre nous se sont posé la question

 

« Décider d’agir »
Conscientes de cet essoufflement et du potentiel sous-exploité de notre groupe, nous avons organisé une mise au vert de 2 jours. Sans l’avoir exprimé, quatre d’entre nous sont venues en se disant « c’est la dernière chance, ça passe ou ça casse ».

 

« Poser un diagnostic »
Nous avons alors expérimenté sur notre groupe les techniques utilisées par chacune en coaching d‘équipe, avec comme grille de diagnostic la théorie de Patrick Lencioni(1). Il a identifié 5 raisons de dysfonctionnement d’une équipe : le manque de confiance, la peur des conflits, le déficit d’engagement, le défaut de responsabilisation et l’inattention portée aux résultats. Notre constat était clair : les 3 premiers niveaux étaient dans le rouge.

 

« Adresser les vrais problèmes »
Nous avons eu le courage d’aborder et adresser nos peurs et nos frustrations. Nous sommes passées par toutes les émotions, avons vécu des moments forts avec des larmes, de la colère, de la joie, des fous-rires.

 

« S’engager»
Nous avons pris des décisions clés, redéfini notre mission, changé le format de nos réunions et établi un engagement ferme de participation. Nous en sommes sorties grandies et beaucoup plus soudées.

 

« Célébrer… et rester vigilantes »
Deux ans plus tard, notre groupe a un nom, une ambition, nous sommes fières d’y appartenir ! Venir à nos réunions est une priorité pour chacune. Nous continuons à créer de l’espace pour évaluer et ajuster notre mode de fonctionnement.

Voici la preuve que le coaching d’équipe fonctionne. Et qu’en 2 jours, la dynamique d’un groupe peut complètement basculer.

 

Ecrit par Sylvie Timmers,
Stéphanie van de Perre,
Marie-Jeanne Vijgen,
Tatiana Hendrix,
Catherine de Meulemeester,
Valérie Spaey