Lire Plus

Les 9 raisons pour donner un feedback construit et positif

  • 31/01/2020

A l’heure de la psychologie positive, nous savons tous qu’il est important de donner à nos enfants, nos collaborateurs, nos proches des feedbacks positifs. Le Professeur Gottman qui a beaucoup étudié les couples, nous parle même d’un ratio magique de 5 pour 1 pour maintenir une qualité relationnelle dans un couple. Nous aurions donc besoin de 5 fois plus de feedbacks positifs que de feedbacks « correctifs » pour maintenir une bonne relation. Essayons de nous en souvenir pour la prochaine fois que nous aurons quelque chose à reprocher à notre partenaire !

Mais au-delà de cela, il y a bien d’autres raisons pour lesquelles donner du feedback positif est important.

Ainsi, lorsque j’enseigne le coaching ou la PNL, j’insiste toujours pour que les participants se donnent/s’échangent des feedbacks positifs et construits, et uniquement des feedbacks positifs. Certains participants (surtout les mismatch…) s’en sentent frustrés et ont l’impression que cela ne leur permettra pas de progresser suffisamment. Croyance quand tu nous tiens !

Pourtant, les recherches en psychologie de l’apprentissage ont prouvé depuis longtemps que l’on progresse mieux avec des encouragements plutôt qu’avec des messages correctifs.

Voici 9 raisons pour lesquelles donner du feedback positif est bénéfique.

Pour celui qui reçoit le feedback, cela permet de :

  1. consolider, renforcer ou maintenir la confiance en soi. Or la confiance en soi est mise à mal lors des formations puisqu’apprendre, c’est aussi passer par cette étape inconfortable d’incompétence consciente.
  2. prendre conscience de ce que l’on fait bien. Les perfectionnistes, ceux qui ont tendance à voir ce qu’ils n’ont pas plutôt que ce qu’ils ont, les critiques… en ont bien besoin. Nous sommes souvent aveugles à propos de nos talents naturels, or ce n’est pas parce qu’on apprend quelque chose de nouveau qu’on perd toutes ses compétences.
  3. apprendre à accepter, et engranger le bénéfice du feedback positif. On apprend ainsi à dire simplement merci plutôt que rejeter ou minimiser le feedback avec une justification du style « cela ne m’a pas pris trop de temps », « c’était facile ». Si si c’est possible, mettez cela en pratique et vous en sentirez rapidement les bénéfices.
  4. apprendre, par modélisation, à donner du feedback positif et à s’en donner. Ceux de ma génération (baby-boomers) ont souvent été éduqués dans la hantise d’attraper un « gros cou », et selon l’hypothèse « si je lui dis que c’est bien il va se reposer sur ses lauriers », d’où une approche de l’apprentissage scolaire plutôt « corrective ». Le feedback positif nous est donc très peu habituel. A tel point qu’en recevoir peut être inconfortable, générer du doute et, pire, de la méfiance.

Pour celui qui le donne :

  1. Cela permet évidemment aussi à apprendre à faire un feedback positif et construit. Dire « c’est très bien » est une première étape, mais ne permet pas l’apprentissage. Sans précision sur ce qui est très bien (= construit), la personne qui le reçoit ne sait pas ce qu’elle doit continuer à faire.
  2. Systématiser le geste de donner un feedback positif et construit permet de rendre ce comportement naturel chez soi. Les personnes que je forme sont des parents, des managers, des coaches,… Environ 80% des gens qui viennent en coaching ont un problème de confiance en eux. Il est donc crucial de valoriser systématiquement son coaché pour qu’ensuite il apprenne à se valoriser et à se donner lui-même du feedback positif.
  3. Pour donner un feedback construit, il faut l’étayer de comportements observables. Il faut donc affiner son observation, pour être capable de donner un bon feedback.
  4. Cela permet aussi de focaliser son attention sur le positif. De nombreuses personnes avec une préférence (méta-programme) de « structure de désaccord » ou « mismatch » qui ont pour habitude de voir tout ce qui ne va pas en auront bien besoin.
  5. Enfin, et ce n’est certainement pas le moindre bénéfice, en focalisant votre attention sur ce que l’autre fait de bien, vous modélisez naturellement son excellence et vous apprenez donc comment faire comme lui. Eh oui, à l’inverse, si vous vous focalisez sur ce qu’il fait mal, vous apprendrez trèèèèès bien comment faire aussi mal.

Encore faut-il savoir comment donner un feedback

A la NLP University de Santa Cruz, il est de coutume de systématiquement écrire des « fish » à ses partenaires lors des exercices. Il est vrai que le feedback positif est beaucoup plus présent dans la culture californienne que dans la nôtre, mais NLPU a poussé cette coutume encore un cran plus loin. Et cette coutume est partie intégrante de Spiral.academy.

Encore un peu de patience, lors de notre prochaine newsletter, vous en saurez plus sur les raisons pour lesquelles on appelle cela des « fishes » ou « poissons » et sur les règles à suivre pour écrire un bon feedback.

Pour en savoir plus…

Nos autres articles sur le blog de notre académie de PNL www.spiral.academy:

Livres à lire :

Nos formations :

S’inscrire à notre newsletter mensuelle